COVID-19: Livraison assurée dans le monde entier !*

0

Votre panier est vide

Vetement Traditionnel Japonais Essentiels et Origines
avril 16, 2020

Vêtements traditionnels japonais : 5 essentiels et leurs origines

6 minutes de lecture

L’univers vestimentaire traditionnel japonais regorge de pièces devenues des références mondiales. Au pays du soleil levant et dans le monde entier, ils ont été détournés et revisités au fil des époques et des modes successives. Les habits traditionnels nippons ont évolué pour être toujours d’actualité en ne perdant pas leur fonction première. 

Cet article vous propose un tour d’horizon des vêtements traditionnels japonais : 5 essentiels et leurs origines

Obi Femme

Le Kimono : l’incontournable japonais

kimono japonais

L’étymologie du mot “kimono” signifie littéralement “chose que l’on porte sur soi”. C’est un vêtement traditionnel japonais qui de nos jours fait référence à un habit en forme de T, initialement pour les hommes (par exemple le samurai), puis décliné pour femme. Initialement, le terme de “kimono” désignait tous les vêtements, avant que la mode occidentale arrive au Japon. La création de ce costume traditionnel au pays du soleil levant résulte d’influences de vêtements chinois.

La Chine ayant eu une grande influence sur les traditions japonaises, le kimono fait partie des éléments hérités de la Chine, puis développés par le Japon. C’est au cours du VIIIe siècle que le kimono s’est le plus développé, avec l’arrivée de la mode du décolleté féminin. A ce moment, le “kosode” est un vêtement aux manches étroites, alors que l’”osode” possède de longues manches. Principalement fait de soie, ce vêtement japonais se décline en versions élaborées pour les grandes occasions (cérémonies, mariages) ou en vêtement plus simple pour le quotidien. Son dos est souvent brodé, l’élevant parmi les arts décoratifs. C’est au XIIIe siècle que le terme “kimono” apparaît et devient synonyme de “kosode”.

kosode kimono japonais ancien

Les kimonos décorés connaissent plusieurs variantes selon leurs composants (katabira, hitoe, uchikake, furisode…) et ont traversé les époques jusqu’à aujourd’hui. Même si depuis le début du XXe siècle le kimono n’est plus porté par les citoyens japonais comme vêtement quotidien en raison de l’adoption de la mode occidentale, il reste très ancré dans la culture nippone. Il a de plus de grosses influences sur la mode de manière générale, dans des collections contemporaines et variées (sexy, pour jeunes filles, en tailleurs, en veste ou pour le cosplay). Détourné de nos jours dans des collections streetwear, le kimono a su devenir un véritable emblème japonais



Le Obi : l’accessoire nippon par excellence

ceinture obi femme traditionnel

Le Obi, ceinture traditionnelle japonaise, fait son apparition dès le Ve siècle. Initialement conçu à base de chanvre, cet accessoire évoluera par la suite en simple ruban de largeur variable. C’est au XVIe siècle que le Obi prend sa forme la plus connue, d’une largeur d’environ 15 cm. Il peut ainsi devenir un support pour recevoir des motifs et des ornements et ainsi devenir un réel mode d’expression et de représentation sociale. Le tissage et la teinture du Obi seront perfectionnés au XVIIIe siècle où les motifs représentés se font de plus en plus osés et extravagants.

Au delà de ses motifs et ses couleurs, ce qui fait tout l’art du Obi réside dans la manière de le nouer. Il existe plusieurs sortes de nœuds de Obi, comme le nœud plat, l’otaiko, le chidori, le bunko, le kai no kushi ou encore le tateya. Le Obi était initialement noué soit sur le côté soit dans le dos. C’est à l’époque Meiji que le nœud dans le dos est devenu la norme, arborant parfois de gros nœuds imposants, recouvrant le dos et demandant un grand savoir faire.

Pyjama Kimono Homme

Utilisé pour nouer le kimono, le Obi sert d’apparat en se faisant plus ou moins voyant selon les époques. Il est aussi utilisé dans les arts martiaux (judo, karaté, aïkido, kung fu…), encore de nos jours. Cette ceinture a un rôle pratique et ornemental, mais aussi parfois une signification, comme des motifs représentatifs du statut social ou encore des couleurs indicatrices de niveau dans les arts martiaux. 


Les Geta : japonais jusqu’au bout des pieds 

Geta hautes femme japon

Les Geta sont des chaussures traditionnelles japonaises. Bien que leur naissance ne soit pas clairement datée, elles font partie des éléments vestimentaires japonais les plus anciens. Composées généralement de bois et de chanvre, ces sandales nippones présentent le plus souvent deux “ha”, à savoir deux morceaux de bois plats, placés perpendiculairement sous le plat de la chaussure pour la rehausser. Il arrive qu’elles n’aient qu’un “ha” (tengu geta), trois (mitsu-achi ou oiran geta) ou même pas du tout.

Les Geta se sont toujours déclinées en plusieurs modèles, comme pour les Geisha pour qui elles sont généralement faites de laque, de bois de saule et de soie ou bien pour les étudiants pour qui les “ha” peuvent se changer en cas d’usure. Se portant généralement pieds nus, les Geta japonaises peuvent aussi se porter avec des chaussettes conçues avec une échancrure centrale pour laisser passer la lanière. Initialement, les Geta n’ont pas été conçues pour leur caractère esthétique, elles génèrent effectivement un très bon maintien du dos et créent une posture bénéfique à l’organisme, ce qui est leur fonction première.

Geta japon traditionnel

Compte tenu de la tradition japonaise de se déchausser à l’intérieur, elles sont aussi très simples à retirer et à enfiler. Adaptées aux styles et aux époques, il existe des Geta faites pour la pluie, la neige, ou encore spécialement conçues pour l’été. Il existe aussi dans la culture japonaise des Geta très hautes (ashida geta, otobo), initialement conçues pour protéger le bas du kimono en ne le laissant pas traîner par terre. Elles sont toujours très portées aujourd’hui, même avec des vêtements d’influence occidentale comme un pantalon, une robe ou une jupe.



Le Yukata : un indispensable nippon

yukata femme traditionnel

Parmi les costumes traditionnels nippons, on retrouve le Yukata. Pouvant ressembler au kimono japonais, il concerne plus l’univers du bain, pouvant s’apparenter en termes occidentaux à un peignoir. Le yukatabira, ancêtre du yukata japonais, était un vêtement en lin, qui s’utilisait à la sortie du bain. Par la suite le yukatabira s’est démocratisé en yukata, principalement fait de coton. Ce vêtement d’intérieur est une tenue traditionnelle japonaise, encore utilisée de nos jours. Il existe même parmi les coutumes japonaises une tradition dans les régions thermales qui consiste à faire le tour des bains vêtu de son yukata.

Il devient alors un habillement, possiblement coloré, se portant tel une tunique ou une blouse, plus ou moins ample. Créé à la fois pour les hommes et pour les femmes, il fait partie des habits nippons les plus répandus, encore aujourd’hui. L’art japonais s’exprime aussi sur les yukatas qui existent avec des manches courtes ou des manches longues et en différents types de tissu (mousseline, dentelle, satin…). Le yukata se porte aussi avec une ceinture Obi autour de la taille et bien qu’il rappelle en ce point les kimonos, il reste dans son usage courant un habit traditionnel d’intérieur. 


Le Jinbei : la nuit japonaise

Jinbei homme pyjama nippon

Le Jinbei, ou encore jinbē ou hippari est une tenue traditionnelle japonaise qui se porte généralement la nuit (comme des pyjamas), ou plus largement comme vêtement d’intérieur, que l’on porte pour rester chez soi. Il est dans son origine porté principalement par les hommes, mais aussi par les bébés et les enfants, surtout l’été, du fait de son tissu léger. Les femmes le portent plus tard dans l’histoire, pour finalement que son port soit démocratisé sur la gent féminine actuelle.

De manière générale, le jinbei se compose d’un pantalon long ou court, ainsi que d’une veste. Composé principalement de chanvre ou de coton, il est souvent de couleur unie bleue, verte ou indigo. Plus tard dans l’histoire japonaise sont arrivés des motifs complexes et des couleurs plus osées. Les jinbei pour femme principalement contiennent plus de motifs et de couleurs, voire même des broderies. Le port du jinbei fait partie des coutumes du Japon et il peut même arriver de voir des hommes vêtus de leur jinbei réaliser des actes de la vie quotidienne, proches de leur domicile, dans cette tenue.

>>MONTAGE PRODUIT<<

Elle n’est cependant pas de rigueur dans des occasions plus distinguées. Le Japon reste un pays très porté sur le respect et l’image, ce qui fait du jinbei un vêtement dont l’usage et assez strictement limité au domaine privé. Bien que la mode occidentale ait détrôné bon nombre de vêtements traditionnels japonais, le jinbei reste très présent dans les nuits japonaises. Il a sans conteste sa place dans les costumes de la tradition nippone



Ces cinq incontournables des vêtements traditionnels japonais ont encore leur place dans la mode actuelle nippone et se sont même fait une place dans la mode mondiale. Ils composent une part importante de la culture et de la société japonaises depuis ses débuts et jouent encore un rôle dans la société nippone actuelle.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Inspiration Pour une Lune de Miel au Japon
Inspirations pour une lune de miel au Japon

décembre 04, 2020 6 minutes de lecture

Si vous cherchez une destination originale pour votre lune de miel, pensez au Japon. Découvrez ce que vous pourrez y faire à deux, pour un voyage unique.
Idees Sorties : 15 Activites a Gouter a Tokyo
Idées sorties : 15 activités à goûter à Tokyo

décembre 03, 2020 9 minutes de lecture

Vous voulez voyager à Tokyo et vous ne savez pas quoi visiter là bas ? Cet article vous attend. Voici 15 idées de sorties, culinaires oui, mais pas que !
Onomichi un Paradis Japonais Peu connu
Onomichi : un paradis japonais peu connu

novembre 30, 2020 6 minutes de lecture

Vous ne connaissez peut-être pas la ville d'Onomichi, située au Japon. Elle est effectivement peu connue, mais mérite le détour, alors découvrez-là.