SS21-Universum fallenlassen : -50 % Rabatt, solange der Vorrat reicht!

0

Dein Korb ist leer

Les Chats Dans L Art Japonais : Felins Peints Sculptes et Imprimes
November 21, 2021

Les chats dans l’art japonais : félins peints, sculptés et imprimés

9 Minuten lesen

Dans le Japon moderne, il y a des cafés pour chats, des sanctuaires pour chats et du tourisme pour chats. Il y a un chef de gare pour chats, une journée du chat (22 février) et une île aux chats. Et même les meilleures stars chats d'Internet viennent du Japon (Grumpy Cat n'arrive pas à la cheville de Maru). On les retrouve même sur ce joli sweat nippon ! En clair, le Japon pratique le culte du chat mieux que n'importe quel autre pays du monde. 

Découvrons donc ce qu’il est dans le domaine de l’art avec cet article : Les chats dans l’art japonais : félins peints, sculptés et imprimés.


Comment les chats ont envahi le Japon

Maneki Neko © Envato Elements - Ieungchopan

Quand on pense à l’art de la culture nippone, on pense au style japonais, à des représentations de cerisiers en fleurs, de manga, de paysages japonais ou encore du Mont-Fuji. Le pays du soleil levant nous a aussi initié au kawaii, à la calligraphie, aux arts décoratifs, aux kimonos et à bien d’autres choses, très éloignées de nos arts occidentaux. Mais aussi et surtout, le Japon a fait apparaître en nous l’âme d’un petit chat. Avant Internet, avant la télévision, avant l'électricité et la vapeur, le Japon répandait l'adoration des chats avec des chats ukiyo-e. Loin d'être démodé, l'art félin japonais, vieux de plusieurs siècles, est toujours aussi vivant, divertissant et stimulant qu'à l'époque où il a été imprimé. Peut-être même plus.

Mais pour qu'il y ait des chats dans les ukiyo-e, il fallait d'abord qu'il y ait des chats. Les chats sont peut-être courants au Japon aujourd'hui, mais ils n'en sont pas originaires. Il est probable qu'ils soient arrivés au Japon sur des bateaux chinois il y a 1000 ans. Il y avait des souris sur les bateaux, et le Japon était heureux d'employer ces tueurs de rongeurs dans les fermes. Dans les temples, les chats empêchaient les souris de manger les parchemins bouddhistes. Protégeant les cultures et sauvegardant la religion. Pas étonnant que les japonais soient tombés amoureux de ces nouveaux habitants.

Estampe japonaise chat © Proantic

Bien qu'aujourd'hui on retrouve de nombreux chats au Japon, comme sur cette jolie veste streetwear nippone, les premiers chats de compagnie étaient rares au pays du soleil levant. Ils n'étaient gardés que par l'élite et chéris avec soin. L'art de l'époque les montre tenus en laisse et vivant à l'intérieur. Mais même à l'époque, les chats pouvaient être des célébrités. Un manuscrit de l'époque Heian décrit les habitudes et la personnalité d'un chat noir offert à l'empereur Uda. Malgré des associations positives, les chats ont clairement causé des problèmes dès le début. Des gravures illustrent d’ailleurs une scène du Conte de Genji, un classique de la littérature japonaise et mondiale.

Ici, un chat déclenche une partie importante de l'intrigue en renversant un écran. Cela permet au neveu de Genji d'apercevoir sa propriétaire, la troisième princesse. Il la séduit ensuite (ou l'oblige à le faire, selon l'interprétation que vous lisez) et elle donne naissance à un fils illégitime qui est le personnage principal de la majeure partie du reste du livre. Dans l'art ancien, les chats sont représentés vivant dans le luxe. En revanche, l'art chinois de la même époque mettait plutôt l'accent sur leur capacité naturelle à chasser.

Pull Japonais

Mais le bon temps ne pouvait pas durer. Les chats ont fini par être chassés de leur mode de vie aristocratique pour travailler dans les rues et les champs, comme tous les autres chats. En 1602, le gouvernement a décrété que tous les félins devaient être mis en liberté pour attraper les rongeurs qui détruisaient l'industrie du ver à soie. La vie en liberté avait peut-être quelques inconvénients. Mais elle permettait aux chats de faire plus de chats. Plus de chats signifiait que plus de japonais pouvaient apprendre à connaître les chats et commencer à en être obsédés. Et l'obsession a mené à l'art.


Les chats Ukiyo-e deviennent populaires au Japon

Estampe japonais chat fantôme © Shogun Japan

Au cours de la période Edo (1603 - 1868), le Japon a cessé de faire la guerre et s'est lancé dans la culture populaire de masse. Les gens avaient le temps et les moyens d'avoir des loisirs. Ils n'avaient pas Internet, mais ils avaient le théâtre romantique, la littérature (plus ou moins trash, d’ailleurs) et l'ukiyo-e. Les estampes ukiyo-e sont aujourd'hui de délicates œuvres d'art exposées dans les musées. Mais l'ukiyo-e, bien qu'extrêmement sophistiqué, était à l'origine une forme d'art populaire nippon. Il s'agit de gravures sur bois, et non de peintures. Pour créer un ukiyo-e, il fallait graver une image sur un morceau de bois, peindre la gravure et l'estamper.

Et voilà, de l'art produit en masse. Une classe de marchands s'était développée et elle avait de l'argent à dépenser pour des choses non essentielles. Mais il y avait beaucoup de gravures ukiyo-e à vendre, toutes en concurrence pour l'argent des marchands. Pour attirer les acheteurs, les sujets des gravures sur bois sont devenus tout ce qui est à la mode et populaire. Cela incluait les chats. Ils apparaissent d’ailleurs dans bien des légendes, à tel point qu’on les retrouve aujourd'hui même dans l’histoire de l’art, dans le japonisme et dans la culture du Japon de manière générale. 


Les nombreuses sortes de chats Ukiyo-e

Estampe japonaise chats © La boîte verte

Comme vous pouvez l'imaginer, la représentation des chats de l'ukiyo-e a commencé assez simplement. Mais avec le temps, l'imagination a pris le dessus et les gens ont commencé à représenter les félins dans toutes sortes de positions, d'endroits et de situations. C’est ainsi qu’il ont pris une place importante dans la culture japonaise, à travers les estampes japonaises, mais aussi toutes sortes d’autres objets japonais. 


Les chats seuls

La représentation la plus naturelle des félins est la capture précise de leur apparence et de leur comportement. Des chats poursuivant et jouant avec leurs proies, dormant dans diverses positions mignonnes, se léchant, etc. La joie d'observer les chats transposée sur papier. Rien d’étonnant donc à retrouver des chats seuls sur estampe japonaise, objet décoratif d’artisanat japonais, figurine, gravure sur bois, peinture japonaise, porcelaine, céramique, etc.


Les chats et les personnes

Même lorsque nous nous contentons de regarder des chats, nous interagissons avec eux. Au moins un peu. Mais le vrai plaisir félin se produit lorsque nous nous rapprochons des chats. L’ukiyo-e exprime parfaitement cette joie. Ceux qui ont vécu avec des chats savent à quel point ces représentations sont fidèles à la réalité : un chat qui traite un humain de la même manière qu'il traiterait le dossier d'un canapé ou une branche d'arbre. Même si cela semble ridiculement gênant, ils trouvent cela confortable.

Estampe japonaise chat fantôme © Journal du Japon


Les chats en tant de personnes

Qu'est-ce qui est plus mignon que les chats ? Les chats déguisés en personnes. Les chats de l'ukiyo-e étaient fréquemment représentés marchant debout, faisant des choses humaines. Parfois, ces gravures sont des caricatures et des commentaires sociaux. D'autres fois, c'est juste pour s'amuser. Aussi, les chats représentant des acteurs célèbres de kabuki sont devenus une habitude au milieu du 19e siècle.

Le gouvernement interdisait les photos d'acteurs et de courtisanes, les considérant comme préjudiciables à la moralité publique. Bien sûr, les artistes japonais trouvent toujours un moyen de contourner les règles. Ils se sont tournés vers les chats pour alimenter leur culte de la célébrité. Et une fois que vous avez des chats habillés, pourquoi pas des poupées en forme de chat ? Quelques gravures de ce style ont survécu, car elles étaient faites pour être découpées et mutilées par les enfants, ce qui est assez étrange dans notre culture.


Des chats - et autres félins - méchants et sauvages

Les chats sauvages étaient également populaires dans l'art, comme les lions ou les tigres, parfois représentés par des artistes qui ne les avaient jamais vus en vrai. Pour s'en rendre compte, il suffit de regarder les yeux. Les chats domestiques ont des pupilles qui ressemblent à des fentes verticales lorsqu'elles sont contractées. Ce n'est pas le cas des lions et des tigres, dont les pupilles se contractent en petits cercles, comme les nôtres. Si une gravure représente un tigre aux pupilles fendues, l'artiste n'a probablement jamais vu de tigre vivant. Et cela est le cas dans de nombreuses œuvres japonaises.

Estampe japonaise tigre © Hitek


Des chats monstrueux

Les chats sont peut-être entrés au Japon dans un contexte religieux, mais les gens ont fini par mieux les connaître. Cela a conduit à des attitudes plus variées (et plus réalistes) envers les chats. Ils torturent les souris mourantes et font tomber des objets des tables. Les chats ne sont souvent pas gentils du tout. Cette méchanceté a donné naissance à une tradition de monstres félins dans l'art et les contes. Certaines gravures illustrent ainsi des scènes d'une célèbre histoire intitulée "La rébellion du Bakeneko de Nabeshima et le monstre chat de Saga". Elle a aussi fait l'objet d'une pièce de kabuki intitulée "L'histoire du monument de pierre du chat démoniaque de Sagano". Rien que ces titres en disent long.

Bonnet Streetwear


Des chats en trois dimensions

Les chats de l'ukiyo-e ne sont pas les seuls félins de l'art japonais. L'art félin japonais a également fait irruption dans la troisième dimension, avec des objets désormais célèbres. Le célèbre maneki-neko - comme sur ce magnifique sweat-shirt japonais - est peut-être l'exemple le plus significatif sur le plan culturel. Ce porte-bonheur japonais est effectivement devenu incontournable, que ce soit à l'entrée d’un sanctuaire zen ou sur des feuilles imprimées typiquement japonaises (notre article sur les porte-bonheurs japonais ici).

Les chats figurent aussi en bonne place dans les netsuke. Les netsuke sont de minuscules sculptures utilisées pour attacher des portefeuilles et des boîtes à cordon au kimono. Bien qu'ils aient commencé comme de simples objets pratiques, les artisans ont commencé à les sculpter en personnages, animaux et scènes. Bien que petits, les netsuke constituent l'un des arts les plus complexes et les plus beaux du Japon, notamment en termes d'illustrations félines.


Les artistes japonais passionnés de chats

Pinceaux japonais © Envato Elements - Twenty20photos

Bien que de nombreux artistes aient utilisé des chats dans leurs œuvres, certains les aimaient plus que d'autres. Beaucoup plus. Il existe un grand nombre d'artistes japonais qui aimaient les chats. Mais le meilleur pour commencer est Utagawa Kuniyoshi, un homme qui a marqué l'histoire de l'ukiyo-e.


Utagawa Kuniyoshi

Lorsqu'il s'agit d'art félin monstrueux, personne ne peut battre Utagawa Kuniyoshi (1797-1861). Il était un maître de la violence et de l'effroi, ainsi que du procédé ukiyo-e. Outre ce penchant pour l'effrayant, Kuniyoshi était également obsédé par les chats. On dit que son studio en était envahi, d'une poignée à plus de dix à un moment donné. Les visiteurs le trouvaient souvent en train de travailler avec un chaton blotti dans son kimono. Il n'est donc pas surprenant qu'il ait combiné ces deux intérêts dans des gravures de chats effrayantes. Selon son apprenti Yoshimune, lorsqu'un de ses chats mourait, Kuniyoshi l'envoyait immédiatement dans un temple voisin appelé ekouin. Il a gardé un autel bouddhiste pour ses chats décédés dans sa maison.

Il a obtenu des noms posthumes du bouddhisme pour ses chats morts et a placé leurs tablettes mortuaires sur l'autel. Il tenait même un registre des décès de chats. Ses apprentis pensaient que c'était un peu trop. Mais aurions-nous obtenu autant d'étonnants chats ukiyo-e de Kuniyoshi sans cette profonde obsession ? Par exemple, il a repris l'idée des "félins déguisés en personnes" et l'a appliquée. Beaucoup d'acteurs de kabuki et de parodies de personnages historiques. Puis il y a eu des chats en tant que citadins d'Edo dansant, s'amusant et jouant à des jeux. Et comme on peut s'y attendre de la part de quelqu'un dont l'atelier est rempli de félins, il a également dessiné des chats faisant des choses typiquement félines. Kuniyoshi est mort juste avant que le monde ne voit l'influence de l'ukiyo-e sur l'impressionnisme.

Estampe chat tricolore © Collin Estampes Paris


Asakura Fumio

Un sculpteur moderne qui s'intéressait aux chats est Asakura Fumio (1883-1964), parfois appelé “le père de la sculpture moderne japonaise”. Vous pouvez voir un grand nombre de ses sculptures de chats au musée de la sculpture Asakura à Yanaka, Tokyo, où son étonnante maison est préservée et utilisée pour exposer ses œuvres. Ses sculptures montrent clairement la main de quelqu'un qui a observé les chats de près. L'histoire raconte que lorsqu'il était étudiant, il n'avait pas les moyens de payer des modèles. Il se promenait donc dans les rues d'Ueno pour dessiner des chats.

Il est logique qu'il ait fini par s'installer dans la ville voisine de Yanaka, célèbre pour ses chats de rue. Une fois qu'il a eu suffisamment de succès pour construire sa grande maison et son studio, il a gardé de nombreux chats. Il en avait entre 6 et 15 à un moment donné. Il a même engagé un étudiant pour s'occuper d'eux. Fumio était fasciné par la façon dont les félins se déplacent et par le fait qu'ils conservent leurs instincts sauvages, même après une vie de domestication. Il a essayé de réaliser 100 œuvres d'art liées aux chats avant les Jeux olympiques de Tokyo en 1964. Il avait prévu d'organiser une exposition de 100 œuvres d'art félines, mais il est malheureusement décédé avant d'avoir terminé son travail.


Hishida Shunsou

Connu pour ses nombreuses peintures de chats, Hishida Shunsou (1874-1911) a joué un rôle important dans l'établissement du style de peinture "nihonga" pendant la période Meiji. Bien que Hishida soit connu pour de nombreuses choses, notamment pour avoir été le pionnier du moro-tai, il est surtout connu pour ses peintures de chats, en particulier Kuroki Neko (Chat noir) de 1910. Ce tableau a été désigné comme un bien culturel important et, en 1979, le gouvernement japonais l'a intégré dans une série de timbres-poste commémoratifs. Hishida Shunsou inspirait le raffinement sur papier japonais, et à porté le chat japonais à des niveaux artistiques sans précédent. 

Maneki Neko © Envato Elements - alexstand



Désormais, si quelqu'un vous dit que vous perdez votre temps à regarder des photos de chats, vous pouvez prouver que vous vous inscrivez dans une longue et honorable tradition. Qu'il s'agisse de chats ukiyo-e ou de vignes de chats, l'obsession des chats n'est pas une nouvelle mode ou un gaspillage d'attention, surtout pas quand il s'agit d’art, et plus précisément d’art japonais, loin de l’art occidental. C'est une habitude qui vous rend plus humain. Ou plus félin, selon la façon dont on voit les choses.



Vollständigen Artikel anzeigen

Top 20 des Choses a Faire Au Japon Pour Les Couples
Top 20 des choses à faire au Japon pour les couples

Dezember 05, 2021 9 Minuten lesen

Si vous désirez profiter de belles vacances en couple, le Japon est la destination idéale. Découvrez donc notre top des 20 meilleures choses à faire.
Top 10 Des Films Japonais Les Plus Etranges A Regarder
Top 10 des films japonais les plus étranges à regarder

November 24, 2021 9 Minuten lesen

Si vous aimez l'aspect parfois étrange de la culture nippone, alors vous allez adorer ces films. Découvrez notre top des films japonais les plus étranges.
Les Champignons Japonais : Un Monde Aux Saveurs Infinies
Les champignons japonais : un monde aux saveurs infinies

November 09, 2021 7 Minuten lesen

Les champignons japonais sont connus, mais que savez vous à leur sujet ? Découvrez qu'il n'existe pas que les shiitake et les particularités de chacun.